Post entraînement : une récupération active ou passive ?

récupération

On le sait, les temps de récupération sont importants post entraînement et permettent la prévention des blessures et la diminution des douleurs et raideurs musculaires. Une équipe de chercheurs aux Pays-Bas et en Australie a récemment comparé l’efficacité de deux types de récupération : « passive » et « active ».

Un article de Mike Trott.

 

Qu’est-ce que la récupération active et passive ?

La récupération « active » consiste à effectuer un exercice ou un mouvement d’intensité faible à modérée dans l’heure qui suit un entraînement plus intense ou une compétition. On l’appelle aussi « Cooldowns » ou « temps de refroidissement ». La récupération « passive », quant à elle, n’implique pas de sollicitation musculaire. Elle peut prendre plusieurs formes : cryothérapie, massages, étirements, compression, immersion dans l’eau glacée, électro myo stimulation (liste non exhaustive).

 

Quel type de récupération pour prévenir la raideur musculaire ?

La raideur musculaire est un phénomène courant après l’entraînement, causé par un resserrement du tissu musculotendineux. Comme les courbatures, les raideurs peuvent perdurer plusieurs jours après l’entraînement. Toutes les recherches menées à ce sujet ont conclu qu’une période de récupération active n’a pas d’influence notable sur la raideur musculaire après un exercice. Cependant, la réponse est positive concernant les étirements (entre 6 à 10 secondes).

 

Un Cooldowns peut-il ralentir les courbatures ?

Ces douleurs musculaires tardives peuvent être ressenties après un entraînement plus ou moins intense et surviennent généralement 1 à 2 jours après l’entraînement et non instantanément. Elles sont causées par les résidus de la dégradation musculaire qui stagnent dans le muscle plusieurs jours, avant d’être évacuées par l’organisme. Bien que certaines études aient prouvé qu’un « temps de refroidissement » puisse rendre les courbatures plus supportables chez les athlètes d’élite, la majorité d’entre elles n’attestent pas de différences notableschez les sportifs ne pratiquant pas la récupération active. En fait, certaines études suggèrent même que cela pourrait aggraver les courbatures.

 

Au niveau des performances

Aucune étude n’a pu prouver qu’une récupération active pouvait augmenter les performances, au contraire, certaines ont même fait état d’une possible baisse. Les résultats suggèrent qu’un étirement rapide est probablement l’option la plus bénéfique pour un post entraînement sans douleur.

 

L’effet Placebo

Malgré cela, beaucoup de personnes se sentent «mieux» psychologiquement après leur « Cooldowns », ce qui est largement dû à l’effet placebo. En fait, si vous pensez que ça va vous faire du bien, et bien il y a toutes les chances que ce soit le cas. Bryce Hastings, directeur de la recherche chez LES MILLS International, affirme qu’il faut réduire progressivement le niveau d’activité jusqu’à ce que la fréquence cardiaque et la respiration redeviennent normales. Selon lui, pour une récupération active optimlale, rien de tel qu’une session hebdomadaire de BODYBALANCE pour augmenter souplesse et force de base.

 

Mike Trott est un professionnel du fitness basé au Royaume-Uni et spécialiste en psychologie et physiologie sportives.

1 J'aime
0 Je n'aime pas