L'acide lactique est votre allié

acide lactique

En matière de performances sportives, l’acide lactique a toujours été considéré comme un ennemi, le coupable de cette sensation inconfortable de fatigue musculaire. Et si, plutôt que d’être un déchet qui vous empêche d’avancer, il faisait de vous un meilleur athlète ?

 

Lors d’un entraînement intense, nous respirons plus rapidement afin de transférer plus d’oxygène aux muscles. Dans la plupart des cas, le corps préfère naturellement produire de l’énergie en utilisant le système aérobie (c’est-à-dire «avec de l’oxygène») mais lorsqu’il subit un stress – en essayant de soulever des poids lourds ou lors des sprints – nous passons au système anaérobie («sans oxygène») pour produire cette énergie. Le corps produit alors pour continuer une substance appelée lactate qui permet la dégradation du glucose et la production d’énergie.

 

C’est là que ça se complique. Des taux plus élevés de lactate dans le sang ralentissent la capacité du muscle à travailler. Et si l’organisme encourage le corps à réduire sa capacité avec une production d’acide lactique, c’est bien pour nous protéger, notamment des blessures. Il s’agit là d’un mécanisme de défense naturelle.

 

Nous avons rencontré le professeur Andrew Kilding, physiologiste, pour en savoir plus sur ce processus souvent mal compris.

 

SARAH SHORTT : Pourquoi l’acide lactique a-t-il mauvaise réputation?

ANDREW KILDING : L’accumulation d’acide lactique dans les muscles a longtemps été associée à la fatigue pendant l’entraînement donc à la douleur musculaire. C’est incorrecte. Même aujourd’hui, on entend souvent des commentateurs sportifs dire :«L’athlète X doit être fatigué à cause de l’accumulation d’acide lactique». Nous savons maintenant que ce n’est pas le cas, car l’acide lactique n’a aucun rôle direct dans l’apparition de ces symptômes lors d’un effort physique de longue durée. Des écoles de pensée plus récentes considèrent que le lactate n’est pas un soi-disant «déchet dangereux», mais plutôt un carburant supplémentaire – il a été appelé le «carburant oublié». Le lactate produit pendant une activité physique, peut être utilisé comme carburant pendant l’entraînement, en fonction de l’intensité, mais aussi en période de repos.

 

Quels sont les avantages de l’acide lactique?

La production de lactate sert à réduire l’acidité dans le sang, dans le but de maintenir un niveau de pH optimal dans le muscle. Cependant, ce « tampon » ne peut pas durer éternellement, donc quand le pH du muscle commence à baisser et que les ions hydrogène s’accumulent, la sensation de « brûlure » apparaît. Le corps est efficace pour réutiliser le lactate et peut même le «faire circuler» dans différentes parties du muscle et entre les tissus. Il aide également à préserver d’autres réserves de carburant et constitue une source d’énergie directe pour le cœur et le cerveau. La production de lactate pendant l’entraînement déclenche une série de changements métaboliques, oxydatif et glycolytique, qui amélioreront la capacité du muscle à oxyder.

 

Comment peut-on augmenter la capacité du système lactique ?

Vous pouvez améliorer la capacité du système de production de lactate en effectuant des entraînement par intervalle, alternant des phases intenses, durant 20 à 60 secondes, effectués à plus de 100% de votre capacité maximale. Cela stimule au maximum le système glycolytique et, ce faisant, met au défi les enzymes qui limitent la production d’énergie glycolytique. En revanche, les phases de récupération sont nécessaires et doivent être conséquentes. Sinon, le système aérobie sera de plus en plus engagé, et il est peu probable que vous obteniez le stimulus glycolytique que vous visez.

 

Sarah Schortt

0 J'aime
0 Je n'aime pas