L’activité physique réduirait les risques de développer 13 types de cancer

activité physique

L’activité physique pratiquée 5 fois par semaine suffirait à éloigner 13 cancers sur les 26 considérés dans le cadre de cette étude réalisée par des scientifiques américains du ‘The National Cancer Institute – NCI ’ relevant du ministère US de la santé publique. Un chiffre impressionnant se détache de l’étude : l’activité physique ferait baisser de 42% le risque de développer un cancer de l’œsophage. 

 

Les scientifiques ont observé sur plusieurs années, un vaste échantillon de personnes, composé de 1.44 millions d’individus, choisis pour leurs embonpoints avec des indices de masses corporelles en moyenne de 28, d’une moyenne d’âge de 59 ans. Sur ces 1.44 millions de personnes, 187.000 ont développé un cancer  en 11 ans d’observation.

 

L’étude, dont les résultats sont publiés dans la revue américaine spécialisée, The JAMA Network Journals, consistait à recueillir des données sur leurs activités physiques, durant leur temps libre. Les scientifiques ont pu ainsi établir un indice en pourcentage du degré d’activité physique pour chacun. Par la suite un comparatif a été établi entre les cancers développés par les patients devenus malades et leur degré d’activités physiques.

 

Les résultats de l’étude sont permis de constater que plus l’indice d’activité physique était élevé, moins était le risque de développer un certain nombre de cancer. Dans la plupart des cas, le lien entre activité physique et baisse du risque de cancer a subsisté quel que soit le poids de la personne et qu’il s’agisse d’un fumeur ou non. Pour l’ensemble des cancers, la baisse du risque résultant d’un exercice régulier vigoureux a été de 7%. En revanche, les activités physiques ont été liées à un accroissement de 5% du risque de cancer de la prostate et de 27% du mélanome, un cancer agressif de la peau, surtout dans des régions très ensoleillées aux Etats-Unis.

 

Elle montre, en effet, que la pratique d’une activité physique et sportive de loisir – à un niveau d’intensité situé entre modéré et soutenu – est associée à une baisse du risque de développer 13 cancers sur les 26 considérés dans le cadre de cette étude.

 

Il en ressort que la pratique d’une activité physique est associée à une baisse du risque de cancer de l’œsophage (- 42%), du foie, des poumons, des reins (- 23%), de l’estomac, de l’endomètre, du sang, du colon (- 16%), de la tête et du cou, du rectum, de la vessie, du sein.

 

Les bénéfices de la pratique sportive de loisir sont aujourd’hui largement démontrés. Il n’en demeure pas moins qu’un adulte sur trois dans le monde ne fait pas le minimum d’exercice recommandé pour rester en bonne santé, pointent les chercheurs américains de cette étude.

 

0 J'aime
0 Je n'aime pas