Pour combattre la dépression, le sport est le meilleur remède

Combattre la dépression

Les études se succèdent et s’accordent sur leurs conclusions : le sport aide à se sentir mieux dans sa tête. Un coup de blues ? Chaussez vos baskets ! Et si vous en doutez, lisez donc la suite…

 

Selon plusieurs études récentes publiées dans la revue Sports Medicine, les entraînements en résistance pourraient réduire les symptômes de l’anxiété chez les adultes. Cette étude vient s’ajouter à la longue liste de celles qui attestent que l’activité physique et sportive est le meilleur remède aux troubles de l’humeur.

 

Les chercheurs ont analysé 16 études interrogeant plus de 900 personnes. Leur conclusion : soulever des poids est associé à une chute considérable des symptômes de l’anxiété, comparable à la prise d’un traitement médicamenteux ou au suivi d’une thérapie. Les chercheurs affirment que les effets sont plus prononcés chez les individus en bonne santé, peu importe leur sexe ou le genre d’exercices.

 

Selon l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS), la dépression est un trouble mental courant qui touche plus de 300 millions de personnes dans le monde, principalement des femmes. Elle serait aussi la première cause d’incapacité mondiale. En France, entre 2 et 3 millions de personnes sont touchées par un épisode dépressif chaque année. Sur les patients qui sollicitent l’aide d’un médecin, un tiers seulement répond au traitement classique qui combine une prise en charge par un spécialiste et la consommation de médicaments. Depuis une dizaine d’années, avec l’émergence des médecines douces comme le yoga, l’acupuncture et la méditation, le chemin vers la guérison passe désormais par des méthodes plus naturelles. Et le sport en fait bien évidemment partie.

 

Depuis trente ans, le monde médical s’intéresse aux bienfaits du sport pour contrer la maladie. Dans les années 1980, l’équipe de James Blumenthal a analysé l’impact de l’exercice physique chez les patients atteints de pathologies cardiovasculaires et a identifié un bénéfice inattendu : l’amélioration de l’humeur et la diminution des symptômes dépressifs. Puis, dans l’une des premières études publiée en 1999, la même équipe a suivi pendant 16 semaines 156 hommes et femmes dépressifs, dont la prise en charge comprenait soit une activité physique régulière, soit la consommation d’antidépresseurs, soit les deux. Résultat : Le risque de rechute était plus faible pour ceux qui avaient fait du sport.

 

Plus récemment, une étude réalisée par l’université de New South Wales (Sydney, Australie) et de l’Institut Norvégien de Santé Publique attestait que l’activité physique, pratiquée à raison d’une heure par semaine minimum, serait efficace contre la dépression. Les résultats ont été publiés dans l’American Journal of Psychiatry.

 

Les scientifiques se sont appuyés sur les données de santé de 33 908 adultes norvégiens récoltées sur une période de 11 ans. Ces participants ne présentaient ni symptômes de troubles mentaux ni conditions limitant la pratique d’un sport, et ont eux-mêmes rempli un questionnaire sur leur état anxieux, leurs signes de dépression, la fréquence et l’intensité de leur activité physique. Résultat : une heure de sport par semaine seulement était associée à un risque moindre de dépression. « Une info qui vient cette fois quantifier le potentiel préventif de l’activité physique en termes de réduction des risques de dépressions », précise le professeur Samuel Harvey, auteur principal de l’étude.

 

 

 

0 J'aime
0 Je n'aime pas