Une pratique du fitness ciblée sur la graisse abdominale pour limiter le risque de cancer

graisse abdominale

Une étude danoise publiée dans la revue médicale Plos One établit que la réduction du tour de taille d’une personne en excès de masse grasse, permettrait de limiter les maladies card-vasculaires, le diabète de type 2 et les risques de développer un cancer. Un article publié dans ladepeche.fr.

 

Si faire du sport permet de limiter la prise de poids en diminuant la masse grasse, l’impact serait particulièrement significatif sur la graisse excédentaire autour de l’abdomen, habituellement associée au risque de diabète de type 2 et maladies cardiovasculaires.

 

Cette graisse viscérale, plus profonde que la graisse sous-cutanée, vient entourer les organes tels que le foie, le pancréas et les intestins, affectant le fonctionnement hormonal et la résistance du corps à l’insuline et pouvant conduire à l’inflammation. Outre le risque cardiovasculaire, 11 centimètres de tour de taille supplémentaire augmenteraient le risque de cancer de 13%, selon une étude publiée dans le British Medical Journal (BMJ) en mai 2017.

 

Les chercheurs ont ainsi conclu que la pratique du fitness pouvait réduire la masse de graisse abdominale et donc l’inflammation, améliorant ainsi la santé métabolique globale. L’étude a été réalisée à partir d’une base de données de santé qui impliquait 10.976 danois dont 6.338 femmes sur la période 2007-2008.

 

 

2 J'aime
0 Je n'aime pas