La médecine douce pour soigner les bobos du sportif

médecines douces

Phytothérapie, homéopathie, acupuncture, aromathérapie… Les médecines douces proposent une alternative aux médicaments issus de la médecine traditionnelle pour soigner les bobos des sportifs, et notamment les fans de trails et de course à pieds. Promesse : de l’harmonie sur du long terme.

 

  • L’acupunture (placement d’aiguilles sur les points méridiens) peut être une option intéressante en cas de douleurs articulaires, fasciite plantaire, troubles gastro intestinaux (nausées, flatulences etc.), bursite, tendinite, arthrite, arthrose…
  • L’homéopathie (principe actif similaire à la maladie, prescrit à dose infinidécimale) peut apporter une aide en cas de problème ciblé. Vous pouvez tenter Cuprum Metallicum si vous souffrez de crampes, Nux Vomica en cas de douleurs gastriques, Rhus Toxicodendron si vous avez des douleurs musculaires…
  • L’aromathérapie (huiles essentielles très concentrées en principes actifs) – HE – peut être régulièrement utilisée. L’HE de pin soulage le muscles endoloris, les HE de gingembre et d’eucalyptus citronné sont indiquées après une entorse (2 gouttes de chaque dans une cuillère à soupe d’huile végétale, à utiliser en masssage), l’HE de lavande est utile en cas d’ampoule.
  • La phytothérapie (remède à base de plantes) accompagne depuis longtemps les sportifs. L’arnica par exemple est connue pour ses propriétés anti-inflammatoires et antalgiques. Le prêle soulage les articulations et le ginseng permet de mieux récupérer si on s’entraîne intensément.

 

En revanche, attention, quel que soit le remède utilisé, il convient de toujours demander conseil à un spécialiste (naturopathe, pharmacien, médecin du sport…), notamment si les symptômes perdurent, s’accompagnent de fièvre ou toute autre manifestation. Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’elles sont appelées « douces » que ces médecins parallèles ne présentent aucun danger ni aucune contre-indication.

 

Extrait de « Je me mets au trail, pour les nuls », un livre de Sandrine Cooucke-Haddad

 

Photo Unsplash par @rawpixel

0 J'aime
0 Je n'aime pas