Pollution : Sportifs en état d'alerte !

Pollution : Sportifs en état d'alerte !

Sportifs de plein air, attention ! Continuer de faire du sport en plein état d’alerte à la pollution peut revêtir quelques dangers. Cyclistes, joggeurs, respectez les règles de sécurité si vous ne voulez pas que les effets de l’entraînement ne soient ternis par l’agression faite à vos bronches. Oui professeur (Xavier Bigard, vice-président de la Société française de médecine du sport), on sait que les bénéfices de l’activité physique dépassent largement les effets secondaires des effets polluants. Mais bon, restons vigilants.

 

A Lyon, Paris, Marseille, Grenoble, les nuages de pollutions nous barrent la vue, irritent nos bronches et notre humeur. Ces particules fines nous prennent d’assaut et nous laissent impuissants. Selon l’Agence Santé Publique France, 48 000 Français sont décédés des suites de la pollution en 2016. Les sportifs connaissent la leçon, pas de sport intense en plein air et surtout se tenir loin des axes routiers très fréquentés, surtout pendant les heures de pointe. Pour les cyclistes du quotidien, à part vous conseiller d’arrêter de respirer en zone urbaine, il n’y qu’une autre solution : porter un masque. Si peu de gens y ont recours c’est principalement parce qu’ils nous font une drôle de tête (en plus d’avoir une efficacité très contestable). Nous, on laisse sa chance à Wair. Parce qu’il est a été créé par une styliste française, Caroline Van Renterghem et qu’elle en mode, elle s’y connaît. Et puis le masque promet de filtrer 99% des polluants.

 

99% des polluants filtrés

 

Le foulard Wair détourne la pollution grâce à un mélange de filtres et de ventilateurs. Subtilement discuté dans le tissus, lavable bien sûr, le foulard est doté d’un masque confortable, composé d’un filtre divisé en trois couches : un filtre enrichi au charbon actif, un deuxième anti-particules et le dernier bactéricide. Ces trois couches doivent permettre de stopper 99 % des polluants tels que les oxydes d’azote, les particules ou les métaux lourds. Il s’attaque ainsi aux allergènes, bactéries et autres particules polluantes. Les ventilateurs situés sur le côté du masque (avec batterie intégrée) libèrent de l’air frais pour faciliter la respiration. Wair contient une structure flexible qui épouse les contours de la bouche.

 

Wair peut aussi être connecté à son smartphone via une application gratuite, Sup’Airman, qui l’alerte en cas d’entrée dans une zone polluée. Cet assistant 2.0 peut également trouver des itinéraires bis ou donner des conseils pour adapter son rythme de vie en période de fort pic de pollution. Il délivre des informations sur les allergènes, comme le pollen, ou les alertes pollution.

 

0 J'aime
0 Je n'aime pas