Pour une flore intestinale en bonne santé, faites du sport !

belly-3186730_1920

L’exercice contribue de manière considérable à augmenter les « bonnes » bactéries dans l’intestin. Selon les résultats d’une étude publiée dans le International Journal of Sport Nutrition and Exercise Metabolism et relayée par Santé Log, la pratique d’une activité sportive jouerait en effet un rôle bénéfique sur le microbiote, l’ensemble des bactéries qui vivent dans notre organisme.

 

 

Les chercheurs, issus de la San Francisco State University révèle combien le microbiome intestinal, et sa diversité, sont liés à une « bonne » condition physique et cardiovasculaire. La pratique d’une activité physique régulière pourrait ainsi modifier la composition de ces milliards de micro-organismes, améliorant le métabolisme et a fortiori, l’état de santé général.

 

L’étude a été menée auprès de 20 hommes et 17 femmes, la plupart venant du campus de l’université, dont la forme physique et cardiovasculaire fût évaluée sur un tapis roulant. Les chercheurs ont également pris en compte leur masse grasse, leur régime alimentaire et ont procédé à l’analyse d’échantillons de selles pour obtenir leur composition en bactéries et le rapport firmicutes /bactéroides, un marqueur de la santé globale et intestinale. L’analyse montre que les participants présentant la meilleure forme cardiovasculaire présentent aussi le rapport le plus favorable, c’est-à-dire la composition qui aide le mieux à renforcer la muqueuse intestinale et à prévenir la perméabilité intestinale.

 

Une autre étude avait été réalisé par des chercheurs de l’université européenne de Madrid qui étudiaient les différences dans la composition de la flore intestinale de femmes actives physiquement ou sédentaires. Les résultats, parus dans la revue PLOS One, avaient également révélé qu’il y avait plus de bactéries bénéfiques à l’intestin chez les femmes actives, comme Faecalibacterium prausnitzii, Roseburia hominis et Akkermansia muciniphila.

 

Pour rappel, le cancer du colon est celui sur le quel le sport a un effet préventif le plus convaincant. 43 sur 51 études ont en effet démontré une baisse considérable du risque de développer la maladie chez les personnes ayant une activité physique intense, avec une réduction moyenne de 40 à 50 %.

 

 

0 J'aime
0 Je n'aime pas