Présidentielle : Et le sport dans tout ça ?

présidentielle

 

Les 11 candidats à la présidentielle restent très discrets sur la question du sport, qui est loin d’être un thème central de leur campagne. Économie, santé, écologie, laïcité, éducation, terrorisme… le sport ne fait pas vendre ? Quelques débuts de réponses pour les futurs électeurs que nous sommes.

 

Souvent négligée dans les campagnes présidentielles, la question sportive peine à apparaître dans les débats publics. Sur les 5 principaux candidats, seuls MM. Hamon (Parti socialiste) et Mélenchon (La France insoumise) se sont exprimés directement sur la question, en répondant aux questions du journal Le Monde

 

Benoit Hamon

Benoît Hamon s’attache ainsi à proposer le « remboursement par la Sécurité sociale des activités sportives sur ordonnance ». Cette idée s’appuie sur le secret du 1er mars 2017, selon lequel les médecins peuvent prescrire du sport aux patients atteints d’une maladie chronique. Benoît Hamon envisage aussi l’installation de « plusieurs milliers d’équipements sportifs légers de proximité dans les écoles » et à leurs abords.

 

Jean-Luc Mélenchon

Le candidat de La France insoumise, souhaite « réaffirmer le rôle des professeurs d’EPS », et garantir « l’égalité entre le sport féminin et masculin ». Il parle également  d’« augmenter la taxe Buffet” sur les retransmissions sportives à la télévision, pour financer le sport amateur », précise Sarah Soilihi, championne du monde de kickboxing. La Marseillaise coordonne le livret « sport » du candidat avec le maire adjoint de Saint-Denis, Bally Bagayoko.

 

Emmanuel Macron 

Emmanuel Macron s’inquiète de la reconversion des sportifs français. « Aujourd’hui, on ne s’occupe pas assez de leur après-carrière. Certains réussissent formidablement, mais beaucoup sont dans des situations personnelles terribles, alors qu’ils peuvent apporter beaucoup dans l’entreprise, l’associatif ou la politique. »
François Fillon 

Le candidat Les Républicains prévoit 15 mesures pour « bâtir une politique sportive ambitieuse », qui passe notamment par l’accueil des jeux olympiques en 2024. Il entend également promouvoir et développer le handisport. Il souhaite également inciter les clubs professionnels à devenir propriétaires de leurs équipements sportifs.

 

Nicolas Dupont-Aignan

Le candidat de Debout La France souhaite s’inspirer de la Grande Bretagne qui financent par la loterie nationale les sports qui rapportent le plus de médailles. L’idée est de récompenser le disciplines en fonction de la bravoure de leurs athlètes. Il propose que la Française des Jeux reverse 100 millions d’euros aux sports susceptibles de remporter le plus de médailles.

Jacques Cheminade

Le candidat de Solidarité et Progrès souhaite entreprendre la construction d’équipements sportifs. Il estime « qu’aucun argent public ne devra financer la construction de stades de plus de 15 000 places ».

 

Quant à Marine Le Pen (Front National), elle n’aime décidément pas le sport et ne s’en cache pas. François Asselineau (Union populaire républicaine), Jean Lassalle (Résistons), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) et Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste), n’y ont pas tellement accordé d’intérêt dans leurs programmes respectifs.

0 J'aime
0 Je n'aime pas