Consommation d'alcool : gare aux idées reçues !

960-x-540-alcohol

L’été bat son plein et avec lui, son flot d’apéros ! Pour préserver leur silhouette et leur forme physique, beaucoup se précipitent sur les bières à faible teneur en glucides, les vins moins chargés en sucre ou consomment exclusivement du rouge car on le dit « bon pour la santé »… En matière d’alcool, les croyances ne manquent pas mais qu’en est-il des faits ?

Quelle boisson choisir ?

Doit-on réellement s’inquiéter de la teneur en sucre et en glucides présents dans l’alcool ? Doit-on prendre comme exemple ces méditerranéens qui consomment chaque jour du vin rouge et qui peuvent vivre jusqu’à 100 ans ? En matière d’alcool, les idées reçues ne manquent pas.

 

En réalité, la plupart des experts conviennent que les bienfaits de la consommation d’alcool sont surestimés. Et pour ce qui est de ses composants, ne vous méprenez pas. Par exemple, la bière n’est pas un réservoir de sucre. Une bouteille de 33 cl peut n’en contenir qu’un gramme. Idem pour les glucides, la plupart des bières en contiennent une quantité assez négligeable. « 75% de glucides en moins » dans une bière représente en réalité deux grammes de glucides contre huit grammes dans une bière standard. Et cela permet d’économiser une quantité négligeable de calories : seulement 27 calories par bouteille. De même, la plupart des vins contiennent très peu de sucre – moins d’une cuillère à café par verre.

 

Ce ne sont donc pas les glucides ou le sucre contenus dans la bière, le vin, le whisky ou tout autre alcool qui font grossir ou qui posent problème. C’est bien l’alcool en lui-même. Un gramme d’alcool fournit 7 calories (29kJ, un gramme de sucre 4 calories (17kJ).

 

L’alcool est également une toxine ; il est lié à un risque accru de six types de cancer. Les boissons alcoolisées sont classées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme cancérogènes du groupe 1 – équivalent à l’amiante et au tabac. Le CIRC classe l’alcool comme «une cause de cancer du sein, du colorectum, du larynx, du foie, de l’œsophage, de la cavité buccale et du pharynx chez les femmes; et comme cause probable de cancer du pancréas ».

 

Qu’en est-il de ces centenaires méditerranéens qui consomment du vin tous les jours ?

Ce qu’il faut observer, c’est le contexte de leur consommation d’alcool. Ils boivent de très petites quantités, et dans le cadre d’une alimentation saine combinée à un exercice physique régulier.

 

En d’autres termes :  consommer un peu de vin si vous menez une vie saine, ne vous tuera pas. Respectez simplement ces quelques précautions :

  • Évitez de siroter sans réfléchir par soif ou nervosité
  • Alternez un verre de vin avec un verre d’eau
  • Dans la semaine, réservez-vous des journées sans alcool
  • Contentez-vous de trois verres ou moins par session
  • Choisissez les options «faible en alcool» plutôt que «faible en sucre» ou «faible en glucides»
  • L’essentiel : ayez une consommation modérée et maîtrisée

 

Enfin, lorsque vous choisissez votre boisson, ne vous laissez pas berner par les allégations marketing. L’information la plus importante sur l’étiquette est la teneur en alcool plutôt que la teneur en sucre ou en glucides.

0 J'aime
0 Je n'aime pas

Laisser un commentaire