Enceinte et en forme !

pregnancy-960x540

Pendant la grossesse, le corps est mis à rude épreuve et bien sûr, ce n’est pas le moment propice pour se lancer de nouveaux défis fitness. Mais ce n’est pas non plus une raison suffisante pour abandonner complètement l’entraînement, car de nombreuses études mettent en évidence les avantages du sport pour la santé du bébé et de la future maman.

 

L’American College of Sports Medicine (ACSM) a récemment passé en revue toutes les études scientifiques menées sur la relation entre sport et grossesse.

 

Gain de poids gestationnel

À titre indicatif, une femme avec un IMC normal (18,5-24,9) doit idéalement atteindre un poids gestationnel compris entre 11,5 et 16 kg. Un poids supérieur est considéré comme excessif et un poids inférieur tout autant pointé du doigt. La science est formelle : la pratique du sport pendant la grossesse évite une prise de poids excessive. L’entraînement cardio d’intensité modérée (comme le fitness, la marche et la natation) à raison de 30 à 60 minutes au moins trois fois par semaine diminuerait en effet considérablement les risques d’une prise de poids excessive.

 

Diabète gestationnel

Le diabète gestationnel est uniquement lié à la grossesse et peut toucher une femme sans antécédent. Cette pathologie augmente le risque de pré-éclampsie, de dépression et favorise les césariennes. En pratiquant une activité physique pendant la grossesse, vous réduisez le risque de développer un diabète de 27% en moyenne. Pour les sportives régulières qui pratiquaient déjà « avant », la diminution atteint 38%.

 

Pré-éclampsie et hypertension gestationnelle

La pré-éclampsie est une hypertension artérielle qui apparaît durant la deuxième moitié de la grossesse et qui est associée à une protéinurie –  niveaux élevés de protéines dans l’urine. Selon les dernières données scientifiques, l’activité physique réduirait le risque de développer cette maladie. Cinq heures par semaine serait la dose idéale.

 

Santé mentale

L’activité physique régulière permettrait également de réduire le risque de souffrir d’une dépression post partum, notamment le yoga et l’entraînement aérobie d’intensité modérée à raison de 3 à 5 fois par semaine. La pratique du yoga pendant la grossesse permettrait de manière générale de réduire diverses formes d’anxiété.

 

Le plus important pour une future maman est d’écouter son corps. Si vous ne vous sentez pas bien, stoppez immédiatement la session et si vous n’avez tout simplement pas envie, ne vous culpabilisez pas, retournez-y quand vous serez prête.

0 J'aime
0 Je n'aime pas

Laisser un commentaire