Covid-19 : votre forme physique influence-t-elle l’efficacité du vaccin ?

You are currently viewing Covid-19 : votre forme physique influence-t-elle l’efficacité du vaccin ?

La plus grande campagne de vaccination de l’histoire bat son plein. Mais la flambée mondiale d’obésité pourrait-elle miner son efficacité ? Pourquoi l’obésité pourrait en être un frein ? L’activité physique, le sport, pourraient-ils éteindre ce risque ?

Table des matières

À l’heure actuelle, partout dans le monde, des millions de doses de vaccins sont administrées dans le but d’arrêter la propagation de la Covid-19. Bien qu’il y ait beaucoup de débats sur le vaccin le plus efficace, une chose est claire, si vous êtes physiquement actif, vous avez déjà une longueur d’avance.

Que dit la recherche ?

En 1796, le médecin anglais Edward Jenner a introduit le premier vaccin au monde. Il a été administré à l’époque pour renforcer le système immunitaire des personnes atteintes de la maladie dévastatrice qu’est la variole. Au cours des années qui ont suivi, les vaccins ont fourni une protection contre la diphtérie et la polio, la rougeole, la varicelle et la grippe.
Au fil des années, diverses études ont indiqué que l’exercice peut augmenter l’efficacité des vaccinations. Une étude de l’Université de Birmingham a démontré que les personnes ayant fait quelques exercices avec leurs bras (contractions excentriques des muscles deltoïdes et biceps) pendant quelques heures avant le vaccin contre la grippe ont développé une réponse immunitaire plus forte que les personnes n’ayant fait aucun mouvement du bras avant l’injection.

Une autre étude de l’Université allemande de la Sarre a révélé que les athlètes sportifs présentaient une réponse immunitaire plus prononcée aux vaccins contre la grippe, suggérant que plus vous êtes en forme, plus votre vaccin sera efficace.
Plus récemment, les scientifiques ont observé que la vaccination peut être moins efficace chez les adultes en surpoids.

Le problème de l’obésité et de la réponse immunitaire

L’obésité est bien connue pour augmenter le risque de décès par maladie cardiovasculaire, mais elle peut également provoquer des changements métaboliques. Habituellement, dans un système immunitaire sain, le corps active ou désactive l’inflammation selon les besoins, et l’inflammation envoie des protéines pour combattre l’infection. Les vaccins fonctionnent également de cette manière, en exploitant la réponse immunitaire du corps pour stimuler la protection. Les personnes obèses présentent généralement des facteurs de risque métaboliques, tels que l’hypertension artérielle et la glycémie. En conséquence, leur système immunitaire est constamment dans un état d’inflammation chronique légère.

Augmenter l’activité physique peut-elle réduire l’inflammation causée par l’obésité ?

Il existe de nombreuses preuves montrant que l’activité physique réduit l’inflammation. Alors, les effets anti-inflammatoires de l’exercice pourraient-ils compenser toute inflammation liée à l’obésité ? Et si oui, une augmentation de l’activité physique pourrait-elle être le secret pour améliorer l’activité du vaccin, quel que soit le poids d’une personne ?
Le professeur Mark Febbraio est à la pointe de la recherche sur les effets anti-inflammatoires de l’exercice physique. Lorsque nous lui avons demandé si l’exercice physique pouvait augmenter l’efficacité d’un vaccin chez les personnes obèses, il a répondu qu’il était bien trop tôt pour en tirer des conclusions scientifiques. Il souligne que bien que les implications pour la santé liées à l’obésité soient un problème, c’est l’inactivité physique qui devrait nous préoccuper le plus.
Selon the Centers for Disease Control and Prevention (CDC), seulement un adulte sur 2 fait l’activité physique dont il a besoin pour l’aider à réduire et à prévenir les maladies chroniques

Renforcer la forme physique est-il plus important que réduire l’obésité ?

Les deux sont importants, dit M. Febbraio. Mais, en ce qui concerne le risque de maladie, une faible capacité respiratoire cardiovasculaire est susceptible de présenter un risque plus élevé.

 » Une personne obèse qui fait régulièrement de l’exercice, a un risque de maladie plus faible qu’une personne maigre et sédentaire, explique le professeur. Cela implique que le risque accru est plus lié au manque d’activité physique qu’à l’obésité ! « 

Il y a toutefois quelque chose qui s’appelle « le paradoxe de l’obésité », explique-t-il. C’est une hypothèse médicale selon laquelle l’obésité peut être protectrice chez certains groupes de personnes, comme les personnes âgées ou celles atteintes de certaines maladies chroniques. « Si vous êtes une personne âgée et que vous portez plus de graisse corporelle que la moyenne, vous êtes en fait protégé contre les infections, en particulier la septicémie. » Et il peut en être de même pour les femmes post-ménopausées avec un niveau élevé de graisse sous-cutanée (celle des fesses et des cuisses) ; c’est pour elles en fait protecteur.

Aujourd’hui la Covid-19 nous interroge !

 » Ce qui est le plus intriguant à propos du SRAS-CoV-2, c’est que s’il infecte une personne âgée obèse, elle a un plus grand risque de développer un SDRA – Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë  » M. Febbraio.

ALORS, QUE SAVONS-NOUS ?

L’obésité augmente les risques provoqués par un virus de plus de :

  • 113% de se retrouver à l’hôpital,
  • 74% de probabilité d’avoir besoin de soins intensifs
  • 48% de décéder.

Le fait que l’obésité augmente le risque de décès lié au Covid-19 de près de 50 % a été mis en évidence dans une toute nouvelle méta-analyse de 75 études à travers la planète. Le professeur Barry Popkin, qui a dirigé la recherche, a déclaré que les résultats étaient nettement supérieurs à ce qu’il pensait.

 » Nous savons qu’un vaccin anti-Covid a un effet positif sur les personnes obèses, mais selon nos connaissances actuelles, son efficacité est moindre par rapport aux personnes sans problème de poids.« , B. Popkin.

Aujourd’hui, nous n’avons pas encore de preuves tangibles qu’une augmentation du niveau de forme physique d’un individu rend la vaccination contre la Covid-19 plus efficace. Toutefois, il existe de nombreuses preuves que les personnes physiquement actives se défendent mieux de la Covid-19 ou de toute autre maladie chronique.

Découvrez ici, quelques informations insolite sur le sport.

La forme physique est la clé d’une meilleure forme immunologique.

Les antioxydants produits pendant l’exercice peuvent aider à réduire les effets de la maladie, et l’exercice est un excellent médicament pour lutter contre le rhume, le cancer et la Covid-19.
Comme le reconnaissent de nombreux experts de la santé dans le monde, l’activité physique est certainement la médecine la plus importante de notre époque.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Il existe une newsletter dont vous pourrez tomber amoureux ! OUI OUI ! Cliquez ci-dessous, vous verrez par vous même !

Didier Chamillard

Directeur Communication, La créativité sous toutes ces formes m’inspire, l’imagination « no limit ». J’aime l’histoire des gens qui nous font grandir et l’intelligence du doute. Côté sports et jamais seul, j’adore l’expérience Immersive THE TRIP, LES MILLS Core et TRX. Ma série préférée ? Une série d’abdos.
0 0 votes
Évaluation article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires