HBX – s’entraîner et prendre du plaisir, c’est possible !

HBX – s’entraîner et prendre du plaisir, c’est possible !

“L’entraînement et la prise de plaisir sont compatibles” est le nouveau thème abordé ce mois-ci lors du live HBX animé sur Instagram par Brian PASCANET, directeur HBX, avec la participation d’Anaëlle FERRIER, formatrice HBX et Personal Trainer, et de David GODARD Personal Trainer et Co-Créateur du Club ARENE à Aix-en-Provence. Ensemble, ils vous partagent leurs réflexions et leurs astuces pour conjuguer entraînement et prise de plaisir. 

Table des matières

Tout d’abord, c’est quoi le plaisir ? 

Brian entame la conversation en nous rappelant la définition. Le plaisir, c’est la “sensation ou émotion agréable liée à la satisfaction d’un désir ou d’un besoin matériel ou mental.”

Le plaisir dans le sport est avant tout source de motivation. Selon Anaëlle, “si on prend du plaisir, on a envie de recommencer et de l’intégrer dans son quotidien. Le plaisir prend tout son sens lorsqu’il est rare (atteint difficilement ou rarement) ou remplacé par son opposé (douleur, effort difficile…). Plus l’effort est dur, plus le plaisir est intense ! » 

Elle nous confie sa théorie du gâteau au chocolat : on l’apprécie plus si on en mange que de temps en temps. Admettons que vous êtes obligé(e) de manger tous les jours votre gâteau préféré. Au bout d’un certain temps, il perdra de sa saveur et vous la notion de plaisir. 

Le plaisir nait de la difficulté 

Le plaisir n’est pas toujours au rendez-vous, ajoute Brian. Même les grands sportifs ont des hauts et des bas, des passages difficiles, des frustrations, des échecs… Mais quand les efforts permettent de produire des résultats, la prise de plaisir est immense !  

“Dans l’entraînement, ne vous attendez pas à toujours réussir, avoir de supers sensations, être dans le confort. Le plaisir est en dent de scie, il faut passer par des moments difficiles pour savourer la réussite, l’atteinte de vos objectifs.”

Pour Anaëlle, c’est comme une randonnée : “au départ, on est heureux de partir, de prendre l’air, d’admirer le paysage et d’entendre les oiseaux. Puis vient le moment où on rentre dans le dur, le parcours devient plus technique et exigeant, la fatigue et les douleurs se font sentir. Mais une fois qu’on arrive en haut, le paysage est magnifique, les efforts oubliés et le plaisir décuplé ! » 

La notion de plaisir est relative 

La notion de plaisir du coach n’est pas la même que celle de ses membres, ni d’un membre à un autre… Certains voudront de l’intensité et les stigmates de l’entraînement (ampoules, rougeurs…), d’autres rechercheront un moment de détente, le plein d’interactions sociales ou tout simplement se connecter à la nature. 

Selon David, l’enjeu du coach est donc de trouver le moyen de générer la prise de plaisir à tous ses clients. “Pour les pratiquants habitués et passionnés, ce n’est pas difficile. Ça l’est beaucoup plus chez la plus grande majorité de nos clients pour qui l’entraînement est synonyme de contrainte, d’obligation.”  

Il est donc essentiel de prendre le temps de bien connaître ses clients et leurs sources de plaisir pour les intégrer dans leur entraînement. Anaëlle ajoute que toutefois, “il ne faut pas hésiter à varier les plaisirs en sortant de leurs zones de confort pour éveiller, faire progresser, peut-être frustrer et les amener vers de nouvelles sources de plaisir.” 

Offrir un cadre durable au plaisir  

David donne l’exemple typique d’un client qui souhaite perdre 6 kg en 3 mois. Une fois l’objectif atteint, il arrête l’entraînement. Le rôle du coach est donc de pérenniser le plaisir au-delà de l’objectif initial. Pour cela, il faut bien connaître les attentes, trouver d’autres leviers de motivation et sources de plaisir pour créer une notion de durabilité

Quand on débute l’entraînement, la notion de plaisir n’existe pas. C’est d’abord une notion de contrainte. Il est donc nécessaire de créer un environnement qui soit source de motivation et de plaisir pour inciter les néophytes à revenir au club.  

Le pouvoir du collectif 

Le lien social est très important. Il le sera encore plus à la réouverture des clubs car les gens ont soif d’interaction sociale, même ceux qui n’aimaient pas vraiment cela avant la crise sanitaire. 

En fournissant les sources de motivation dont ils ont besoin, vous les aiderez à prendre goût à l’effort durablement.

Nos astuces pour conjuguer entraînement et prise de plaisir 

  • APPRENDRE – Apprenez à vous connaître, à connaître vos clients : identifiez vos leviers de motivation et sources de plaisir. 
  • EXPLORER – Explorez d’autres pratiques sportives, types d’entraînement : ouvrez-vous à de nouvelles approches, d’autres niveaux d’intensité (plus ou moins intenses), ce qui ne vous plaisait pas hier peut vous plaire aujourd’hui. Essayez, vous risquez d’aimer ! 
  • PARTAGER – Si vous prenez du plaisir dans l’entraînement, partagez-le autour de vous, le plaisir est contagieux ! 

Retrouvez le live HBX “S’entraîner et prendre du plaisir sont compatibles” sur notre compte Instagram HBX Training.  

Cécile Poulain

Rédactrice marketing, dog lover, fan de nature, de trail et de running, affectionne le functional training, les cours de fitness inspirés des sports de combat (boxing) et le cheese-cake à la myrtille.
0 0 votes
Évaluation article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires