État des lieux du fitness au temps du confinement, comment s’engage l’avenir ?

État des lieux du fitness au temps du confinement, comment s’engage l’avenir ?

Comment les clubs de fitness gèrent l’impact COVID-19 ? Dans le monde entier, chaque pays prend ses dispositions, plus positives pour certains que pour d’autres. Comment se remettre d’une telle crise ? Un nouveau rapport de ClubIntel apportent des éléments de réponse. Voici les 7 infos clefs pour envisager l’avenir.

" Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons en sortir victorieux, et ce n’est qu’en se remettant en action que nous réussirons à traverser cette nouvelle ère fitness".

Alors que les rideaux restent fermés, les clubs élisent déjà 2020 comme la pire année jamais enregistrée.  Sur la base des réponses d’opérateurs représentant 7300 établissements de santé et de remise en forme dans le monde, le rapport offre  un nouvel éclairage sur les dommages causés par la COVID-19 et fait part d’informations encourageantes pour reconstruire les entreprises lésées.

Table des matières

1 – LES CLUBS FONT LEUR GRAND RETOUR

Alors que 70% des clubs dans le monde ont été contraints de fermer pendant la première vague de la pandémie, le rapport révèle que 87,5% des établissements avaient rouvert en septembre et en moyenne, ces clubs voient 69% de leurs membres revenir, tandis que seulement 10% d’entre eux  (principalement basés au Japon et dans certains pays d’Europe) ont accueilli 100% de leurs membres. Selon le rapport, la plupart des opérateurs devraient s’attendre à des niveaux d’adhésion compris entre 50 à 80% par rapport à ceux d’avant la fermeture, avec moins d’1 club sur 5 susceptible d’être à pleine capacité

club intel
Combien de temps les clubs sont-ils restés fermés ? / Depuis combien de temps les clubs et studios ont-il rouvert ?

Selon une précédente étude analysant les comportements des membres de clubs de fitness aux États-Unis, la fréquentation avant le confinement est un puissant indicateur pour prédire leur retour. 52% des membres qui venaient en moyenne 12 fois ou plus par mois ont indiqué qu’ils étaient très susceptibles d’y retourner, contre seulement 37% de ceux qui fréquentaient le club 8 à 12 fois par mois et 22% venant une fois par mois ou moins.

« Je vous conseille aussi d’étudier le pourcentage de vos membres qui sont abonnés depuis moins d’un an, ils nécessiteront de votre part encore plus d’attention, car le lien qu’ils ont au club est encore fragile. Travaillez vos arguments et préférez le contact téléphonique ou de visu si votre équipe en a la capacité. Et bien sûr, assurez-vous d’entretenir avec vos membres une relation sur le long terme.”

« Tous les membres ne reviendront pas immédiatement, soyez donc proactifs sur vos canaux de communication, en annonçant que les gens sont de retour au club et en faisant passer le message qu’il est bon de recommencer à s’entraîner »

Carrie Kepple, Présidente intérimaire IHRSA et fondatrice de Styles Studio Fitness Tweet

2 – DES DÉFIS IMPORTANTS DEMEURENT

La recherche a été menée avant que la deuxième vague du COVID ne commence à affecter les clubs – en particulier en Europe – mais des difficultés majeures étaient déjà évidentes. Environ 13% des clubs étaient encore fermés début septembre – près de six mois après le début du confinement – tandis que 14% des clubs venaient de rouvrir le mois précédent. 

Impact (en moyenne) de la COVID 19 : Pourcentage de membres qui ont résilié / Pourcentage de membres qui sont revenus au club après réouverture

Les trois quarts des salles de fitness ont vu  en moyenne 21% de leurs membres résilier leurs adhésions pendant le confinement, et l’autre quart des niveaux de résiliation compris entre 26 et 50%. Cette perte, aggravée par le fait que de nombreux clubs ont dû geler les prélèvements, a un impact prévisible sur les revenus, la plupart des opérateurs clôtureront 2020 dans le rouge.

Le club moyen doit s’attendre à ce que ses revenus 2020 ne représentent que 63% des recettes de 2019, tandis qu’un quart des clubs ont déclaré que les revenus 2020 seraient compris entre 26 et 50% de ce montant. Cet effet a inévitablement affecté les emplois dans le secteur, les clubs fonctionnant généralement avec 25% de personnel en moins qu’avant le COVID. Cette situation devrait se poursuivre en 2021, les opérateurs devant réduire leurs coûts pour atténuer les déficits de revenus prévus.

3 – LA SEGMENTATION EST UN FACTEUR IMPORTANT DANS LA REPRISE DES CLUBS

Au moment où le soutien des gouvernements aux opérateurs et aux instructeurs fait l’objet de vifs débats dans de nombreux pays, le rapport offre des informations intéressantes quant aux clubs qui pourraient en avoir le plus besoin.

Les  « clubs privés » ont obtenu les meilleurs résultats parmi les quatre segments de l’industrie pris en compte pour le rapport (clubs de fitness traditionnels, organismes à but non lucratif, clubs privés et studios de fitness), à la fois en termes de résiliations et de retour des membres après réouverture. 31% des clubs privés n’ont signalé aucune résiliation pendant le confinement, contre seulement 10% des clubs dans les segments à but non lucratif et les studios de fitness. Un nombre similaire de clubs privés (30%) a déclaré que 100% des membres étaient revenus depuis la réouverture, un exploit signalé seulement par 12% des organisations à but non lucratif.

Le rapport n’approfondit pas les raisons de ces différences, même si on peut supposer que les modèles d’adhésion et les données démographiques sont des facteurs importants. Les clubs privés ont tendance à exiger des frais d’adhésion élevés, ce qui signifie que leurs taux d’attrition sont systématiquement très bas car les membres sont fortement investis dans leurs clubs. Ces membres sont généralement aisés, ce qui les rend mieux placés pour résister à la tempête économique du COVID sans avoir à annuler les abonnements au club et d’autres dépenses par rapport aux groupes socio-économiques inférieurs, qui ont été touchés de manière disproportionnée par l’impact économique du COVID.

Les studios de fitness ont mieux réussi à générer des revenus lors de la fermeture, un tiers générant entre 26 et 50% des revenus pré-COVID – plus du double du pourcentage de tout autre segment de l’industrie. Les studios de fitness, ainsi que les organisations à but non lucratif, affichaient le pourcentage le plus élevé d’opérateurs prévoyant que les revenus de 2020 correspondraient à ceux de 2019. Les clubs de fitness traditionnels prévoyaient une chute de revenus 2020 entre 76 et 99% par rapport à 2019.

4 – LE « DARWINISME NUMÉRIQUE » EST AU PREMIER PLAN

L’un des conseils majeurs du rapport pour tirer pleinement parti des opportunités qui se profilent après le COVID, est d’être actif sur la technologie. Les rapports précédents avaient examiné l’impact sur les clubs du «  darwinisme numérique  » – le terme inventé pour décrire le fait que la technologie et la consommation qu’en font les gens devancent de loin les entreprises, qui ont du mal à s’adapter – avertissant que les clubs qui ne suivent pas le rythme seront menacés d’extinction.

Avec Apple, Google et Amazon qui placent leurs pions dans l’univers du fitness, les études de cas présentées dans le rapport suggèrent que les clubs capables de combler le fossé entre le monde numérique et le monde physique seront les mieux placés pour réussir. Ce que la pandémie a démontré jusqu’à présent, c’est à quelle vitesse les clubs savaient s’adapter lorsqu’ils en ont besoin.

L'offre VOD des clubs et studios de fitness par type de service : cours collectif/coaching et événements

Offrir un contenu d’entraînement numérique est en effet devenu une pratique courante pour les clubs, 72% des opérateurs proposant désormais des cours à la demande et en live (contre seulement 25% en 2019), soit via leur application, soit en s’associant avec un partenaire. ClubIntel a rapporté récemment que LES MILLS ™ On Demand (LMOD) a été l’option la plus populaire pendant le confinement, 31% des clubs ayant choisi la plateforme pour garder leurs membres actifs et engagés, ainsi que les options en Live Stream de Les Mills.

« L’offre d’entraînements numériques est aujourd’hui une nécessité pour les opérateurs de fitness, la principale question étant de savoir comment ils vont l’intégrer dans leurs modèles d’adhésion : la monétiser ou l’offrir comme valeur ajoutée à l’abonnement ? »

La réponse des opérateurs peut dépendre de deux facteurs :

  1. Comment ils se portent financièrement
  2. Comment ils entendent positionner leur marque à l’avenir.
LES MILLS™ ON DEMAND

5 – LE NUMÉRIQUE EST ENCORE UNE OPPORTUNITÉ INEXPLOITÉE 

Bien que la majorité des clubs commencent à se familiariser avec des solutions numériques, le rapport révèle que d’autres sont encore à la traîne. Seulement 52% des clubs intègrent ce type de solutions. Seuls 29 à 45% des clubs dans le monde exploitent des programmes d’engagement numérique tels que des Google hangouts (vidéoconférences), des événements ou des compétitions, pour créer au sein des membres un sentiment communautaire. Les opérateurs australiens / néo-zélandais (42 %) et américains (45%) sont les plus actifs sur ce type de services, moyennant des frais ou en tant que valeur ajoutée à l’abonnement.

Le rapport note que les studios de fitness semblent être le seul segment à tirer sérieusement parti des expériences numériques. 45% des studios proposent ce type d’expériences, contre 30% des clubs traditionnels, des associations et des clubs privés.

6 – UNE PANDÉMIE MONDIALE AVEC D’ÉNORMES VARIATIONS LOCALES

Bien qu’il s’agisse d’une pandémie mondiale, l’impact de la COVID sur les effectifs, les revenus et les embauches varie considérablement d’une zone à l’autre. L’Asie – le Japon en particulier – et l’Australie semblent les mieux placées. Bien qu’ils ne soient pas aussi performants, les opérateurs américains et européens devraient également s’en sortir, en revanche au Canada, il semblerait que la situation sera plus difficile à rétablir.

Le Japon a le pourcentage le plus élevé de clubs (65%) déjà revenus aux niveaux d’adhésion pré-COVID, suivi de l’Australie / Nouvelle-Zélande (62%), tandis que 76% des opérateurs asiatiques ont vu plus de 75% de leurs membres revenir. 88% des opérateurs japonais prévoient que leurs revenus 2020 seront égaux ou supérieurs à 2019, suivis par 62% d’opérateurs en Asie et de 54% en Australie / Nouvelle-Zélande. En Europe, la moitié des opérateurs s’attendent à ce que les revenus 2020 atteignent au moins 76% de ceux de 2019, contre 44% des opérateurs américains et seulement un tiers des opérateurs canadiens. Bien que le Japon et le Canada se situent à l’autre bout du tableau en termes de perspectives 2020, les deux pays partagent un point commun : ils sont nettement en retard par rapport au reste du monde en termes de solutions numériques pour les cours collectifs et le coaching.

7 – LES MESURES DE SÉCURITÉ VARIENT ÉNORMÉMENT D’UN PAYS À L’AUTRE

Reflétant les approches contrastées selon les pays de la lutte contre la COVID-19, le rapport a révélé des divergences importantes en termes de mesures d’hygiène et de sécurité déployées par les clubs pour réduire la propagation du virus. Par exemple, moins de 70% des établissements  avaient mis en place des mesures telles que des contrôles de température à l’entrée du club, le port obligatoire du masque et des mises à niveau de leur CVC (chauffage, ventilation et aération).

Le rapport note que « ceux qui mettent en place le plus de mesures ont un avantage concurrentiel lorsqu’il s’agit de gagner la confiance des consommateurs ». Faussement accusés d’être des clusters (basé sur l’idée fausse que le virus se transmet par la sueur), les clubs montrent aujourd’hui, preuve à l’appui, des résultats encourageants. En Nouvelle-Zélande, le club Les Mills Takapuna a été applaudi pour les mesures de sécurité mises en place. Aucune transmission n’a été enregistrée malgré qu’un membre infecté ait assisté à 3 cours collectifs, entrant en contact étroit avec 86 membres du club. Pendant ce temps, dans plusieurs régions d’Europe, les clubs ont pu rouvrir en raison de taux de transmission extrêmement faibles et de la reconnaissance officielle des bénéfices du fitness sur la santé physique et mentale des pratiquants.

0 0 votes
Évaluation article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires