Quel est l'impact du sport sur les maladies chroniques ?

image-hero

Rhume, cancer, COVID 19… Le professeur Rob Newton, scientifique australien, a passé des années à étudier l’impact du sport sur les malades chroniques. Il partage ici les résultats de ses recherches.

 

Vous avez travaillé avec des patients atteints d’un cancer chronique, avec des athlètes d’élite… Avez-vous un conseil qui s’applique à tout le monde ?

N’abandonnez jamais ! Vous devez rester physiquement actif et pratiquer une activité physique régulièrement, chaque jour c’est encore mieux. Et même si vous êtes extrêmement malade, la sédentarité ne fera qu’empirer les choses. Nous suivons actuellement des patients atteints d’un cancer en stade avancé avec des lésions métastatiques dans les os et ciblons les exercices sur les membres encore sains. S’ils restent allongés dans leur lit, ils ne mourront que plus vite. Quels que soient la maladie chronique ou le type de blessure, se mettre au repos total est contre-productif. Il faut simplement doser en termes d’intensité et de volume, et prendre en compte toutes les contre-indications liées à la pathologie.

 

Les prescriptions d’entraînement varient en fonction du type d’affections ?

Oui. Par exemple, si quelqu’un est atteint d’un diabète de type 2, nous prescrivons des exercices de soulevé de poids, car l’augmentation de la masse musculaire est particulièrement efficace pour guérir cette forme de diabète. Le cancer est mon domaine de prédilection. Nous savons aujourd’hui que l’exercice aide à gérer cette maladie, mais nous ne comprenons pas encore très bien comment cela fonctionne et quelle est la posologie optimale.

« La clé est la variété »

 

Musculation, aérobie, flexibilité… la meilleure recommandation est de diversifier les activités, en mettant particulièrement l’accent sur l’entraînement fonctionnel. C’est dans nos gènes. Nous sommes fait pour courir vite, marcher sur de longues distances, porter des choses lourdes et avoir suffisamment de flexibilité pour rester agiles.

 

Être physiquement actif offre une protection contre les maladies non transmissibles ainsi que les maladies infectieuses. Les personnes sédentaires ont une masse musculaire faible et une masse grasse plus élevée. Ils souffrent souvent d’un déséquilibre hormonal qui compromet leur système immunitaire et leur corps est dans un état inflammatoire continu . Nous sommes tous attaqués chaque jour par des agents pathogènes. Quand nous mangeons, quand nous respirons, quand nous touchons une surface… La plupart du temps, le corps sait les détruire. Mais quand votre système immunitaire est fragilisé, vous êtes plus susceptible d’attraper des virus tels que les rhumes ou la grippe et de développer des formes graves de la maladie. C’est la même chose pour le COVID-19. Les gens en surpoids atteints de diabète de type 2 ou d’autres maladies liées au mode de vie sédentaire courent un risque beaucoup plus élevé d’avoir des complications graves liées à la maladie.

 

Lire l’article en intégralité.

1 J'aime
0 Je n'aime pas

Laisser un commentaire