Suivi de fréquence cardiaque : comment en tirer les meilleurs bénéfices ?

suivi frequence cardiaque

L’utilisation d’un appareil de suivi pour mesurer l’intensité de l’exercice est un excellent moyen d’améliorer les résultats tout en vous évitant les risques liés au surentraînement.

 

Combiner un mélange d’entraînement cardio, de force et de mobilité dans votre programme d’entraînement hebdomadaire est connu pour fournir les meilleurs résultats. La surveillance de vos performances réelles au cours de ces séances d’entraînement devient là intéressant.

 

Selon les directives de l’ACSM, il est conseillé de varier vos exercices avec un mélange d’entraînement modéré, soutenu et de haute intensité. Parce que l’intensité peut être plus difficile à mesurer, c’est là que l’utilisation d’un tracker de fitness peut être très utile.

«Les trackers de fitness peuvent être un bon moyen d’enregistrer vos entraînements, de suivre vos progrès et, surtout, de calculer les intensités.»

Les 5 zones d’intensité

Il y a 5 zones d’intensité d’exercice, qui reflètent un pourcentage de votre fréquence cardiaque maximale. Pour activer les différents systèmes énergétiques et types de fibres musculaires, il est important que votre programme d’entraînement hebdomadaire implique de passer du temps dans chaque zone :

 

  • Zone d’entraînement à très faible intensité lumineuse = 50 à 60% de la fréquence cardiaque maximale
  • Zone d’entraînement à intensité lumineuse = 60-70% de la fréquence cardiaque maximale
  • Zone d’entraînement d’intensité modérée = 70 à 80% de la fréquence cardiaque maximale
  • Zone d’entraînement intensif = 80-90% de la fréquence cardiaque maximale
  • Zone d’entraînement à intensité maximale = 90-100% de la fréquence cardiaque maximale

Prévenir le surentraînement

Le moyen le plus simple de surveiller le temps passé dans ces zones d’entraînement est d’utiliser un tracker de fitness. Le suivi de vos séances d’entraînement pour vous assurer d’atteindre les bonnes zones d’intensité n’est pas seulement un excellent moyen de maximiser vos performances, il peut jouer un rôle essentiel dans la prévention du surentraînement et la limitation du risque de blessure.

 

Lorsque vous allez trop loin dans l’intensité et la fréquence de vos entraînements, vous risquez de vous retrouver dans la catégorie dangereuse du surentraînement, de mettre la fonction surrénale de votre corps sous tension et potentiellement d’entraîner une maladie à long terme. Selon Bryce Hastings, chef de la recherche chez Les Mills, éviter le surentraînement repose sur une action préventive, ce qui signifie revoir constamment votre charge d’entraînement et la façon dont votre corps se sent en conséquence.

«Les données que vous obtenez d’un tracker de fitness facilitent le suivi des entraînements et évitent le surentraînement».

Surentraînement : à quoi faire attention

  • Si vous faites régulièrement des entraînements par intervalles à haute intensité (HIIT) et, sur une période de quatre semaines, vous remarquez que votre fréquence cardiaque maximale diminue ou que votre fréquence cardiaque au repos augmente, il est possible que vous vous entraîniez trop.
  • Si vous ressentez plus de fatigue ou de douleurs musculaires que la normale, il est probable que vous passiez trop de temps dans la zone de 90 à 100% de la fréquence cardiaque maximale. Ne passez pas plus de 40 minutes par semaine avec une fréquence cardiaque supérieure à 85% max pour éviter de futures blessures.

 

0 J'aime
0 Je n'aime pas

Laisser un commentaire