Baisse de la consommation de viande et montée du fléxitarisme

stijn-te-strake-316914-unsplash

La consommation de viande a continué de décroître en France sur l’année 2017, une baisse amorcée depuis plus de 20 ans, et qui a débuté par le scandale de la vache folle. A cela, s’est ajouté en 2013, celui des lasagnes à la viande de cheval – au lieu de viande de bœuf. A mesure que la méfiance des consommateurs à l’égard de l’industrie agro-alimentaire augmente, l’OMS publie par ailleurs un rapport alertant sur les effets cancérigènes d’une trop grande consommation de viande. La brigade anti-viande s’élargit avec la dénonciation par vidéo interposée de la maltraitance des bêtes dans les abattoirs et la volonté de diminuer l’impact de sa consommation sur l’environnement, notamment à cause de la production du gaz à effet de serre, achève de transformer une société qui s’avoue de plus en plus flexitarienne.

 

Voici 4 infos qui sont autant d’indicateurs d’une société en mutation et qui laissent entrevoir de nouvelles habitudes de consommation, en France mais aussi en Europe.

 

25 à 30%

Selon une récente étude, 25 à 30 % des consommateurs mangent de la viande de façon plus occasionnelle. Les volumes de viande vendus chaque année sont en baisse de 2 % par an depuis trois à quatre ans. Et de 5 % si l’on ne tient compte que de la viande fraîche.

 

36%
En France 36% des Millenials déclarent réduire leur consommation de viande. 32 % d’entre eux affirment vouloir manger plus de produits de la mer. En 2018, les consommateurs entre 22 et 37 ans en sont devenus les plus gros consommateurs, supplantant les quinquagénaires et plus sur ce segment.

 

8 millions
D’après l’association végétarienne allemande VEBU, le pays compte huit millions de végétariens (10% de la population) et 1,3 million de vegans (1,6%). C’est en Allemagne que le nombre de nouveaux produits vegans (sans aucune substance animale) mis sur le marché chaque année, est le plus important en Europe.

 

60 kilos
Toujours en Allemagne, les chiffres publiés par l’Agence fédérale pour l’agriculture et l’alimentation font état d’une baisse de la consommation de viande qui est passée sous la barre des soixante kilos par an et par personne en 2017. Il s’agit là du niveau le plus bas jamais atteint depuis vingt ans et comparable à la situation rencontrée lors de la crise de la vache folle dans les années 90.

 

0 J'aime
0 Je n'aime pas