Luttons ensemble contre l’épidémie mondiale d’obésité

tribetalk_july_fightingglobesity_960x480

De nombreuses études ont montré que l’obésité aggravait l’état de santé des personnes atteintes du COVID 19. Lutter contre la sédentarité, un fléau qui sévit un peu partout dans le monde et promouvoir un mode de vie sain sont donc devenus des priorités et les instructeur de fitness, vont jouer un rôle crucial. Un article de Phillip Mills.

 

« Si vous êtes mince, ça ira pour vous ! », déclarait le Premier Ministre britannique Boris Johnson après avoir été hospitalisé des suites du COVID-19. Son conseil pour résister au virus :  » Ne soyez pas gras dans la cinquantaine.  »

 

Langage maladroit mis à part, Boris a raison. Selon les Centers for Disease Control and Prevention – CDC – les personnes les plus à risque sont les personnes âgées souffrant de diabète et d’obésité. Une étude récente réalisée au Royaume-Uni a en effet révélé que l’obésité augmente de 40% le risque de mourir des suites du COVID-19. Une autre étude réalisée à New York sur plus de 4 000 personnes a démontré que l’obésité était le facteur le plus important, après l’âge, de souffrir de complications liées à la maladie.

 

Sur les réseaux sociaux, ce message a beaucoup circulé : « quarantaine 15 ! » – les 7 kilos de la quarantaine – en référence au nombre de livres pris par les anglais pendant le confinement. Même si cette phrase se veut humoristique, elle évoque un vrai problème. En effet, au Royaume-Uni, le confinement a fait prendre du poids à deux personnes sur trois. Aux États-Unis, un sondage auprès de 1 000 lecteurs de WebMD atteste que près de la moitié des femmes et près du quart des hommes ont pris du poids « en raison du confinement ».

 

En 2007, Jackie (ma femme) et moi avons publié ‘Fighting Globesity : A Practical Guide to Personal Health and Global Sustainability’. Dans ce livre, nous avons détaillé les coûts énormes pour la santé individuelle et la société dans son ensemble, causés par l’inactivité physique et les mauvaises habitudes alimentaires.

 

13 ans plus tard, malgré d’innombrables concepts et modes d’entraînement existants sur le marché, nous avons encore un long chemin à parcourir. En considérant les statistiques américaines suivantes :

 

Près d’un tiers des Américains âgés de 17 à 24 ans ne peuvent pas prétendre au service militaire parce qu’ils sont obèses.
Les maladies chroniques devraient coûter aux États-Unis 42 milliards de dollars entre 2016 et 2030.
75% des maladies chroniques sont dues à de mauvais choix de style de vie tels que l’inactivité et la consommation de malbouffe.

 

Ces chiffres rappellent clairement que les gens ont plus que jamais besoin de bouger. Au-delà des avantages esthétiques et émotionnels, l’exercice physique peut faire la différence entre la vie et la mort.

 

En 2020, votre rôle d’instructeur de fitness en cours collectifs est plus que jamais crucial. Vous êtes des experts de la motivation et c’est cette motivation qui va permettre à vos membres de revenir en cours collectifs et donc, de rester en bonne santé. Bien sûr, les gens peuvent s’entraîner en dehors des clubs. Mais les statistiques montrent que seuls, ils manquent de motivation. Les membres des clubs sont en moyenne 14 fois plus actifs que les non-membres.

Et sans source suffisante de motivation, la plupart restent sur leur canapé à consommer des aliments trop gras et trop sucrés, avec les problèmes de santé que cela implique, y compris des complications très graves dans le cas du COVID-19.

 

Je sais que votre club est resté fermé longtemps et pour certains, l’est encore. Vous enseignez peut-être en ligne, ou pas du tout. Certains sont de retour dans leur club, naviguant dans le nouveau monde des cours en live avec les mesures de distanciation physique que la situation impose. C’est un moment difficile, et à l’avenir, il y aura de grands défis à relever. Mais nous constatons qu’à la réouverture des clubs, les gens sont vraiment heureux de reprendre les cours. Ici en Nouvelle-Zélande, nos clubs sont déjà à 85-90% de la fréquentation pré-COVID.

 

Que vous enseigniez en ligne, en live ou que vous attendiez la réouverture de votre club, votre rôle d’instructeur de fitness est plus important que jamais. Vous pouvez améliorer la santé des gens, souder une communauté et contribuer à leur bonheur en les aidant à se remettre de cette terrible phase de l’histoire.»

 

Voir l’article source

0 J'aime
0 Je n'aime pas

Laisser un commentaire