Stations de ski connectées, une nouvelle ère pour la montagne...

ski_connecte

Si ça fait dix ans que vous n’avez plus mis les pieds dans une station de ski, attention ! Un cri de surprise pourrait bien déclencher une avalanche…  En effet, ordinateurs portables, tablettes et surtout smartphones s’invitent un peu partout sur les domaines skiables, et le business des vacances d’hiver s’adapte. Zoom sur cette nouvelle génération de skieurs qui slaloment entre les bornes wifi.

 

Les stations en pleine révolution digitale

Dans les Pyrénées, sept stations, dont Peyragudes, Le Grand-Tourmalet et Saint-Lary-Soulan, se sont raccordées l’an dernier à la fibre optique ou aux faisceaux hertziens. Pour les clients : un point wifi central en accès libre, le HA-PY Wifi et la possibilité d’envoyer les images prises sur les nombreux photopoints installés devant les plus beaux panoramas du domaine skiable. C’est aussi le cas à La Tania, à Chamrousse, à Méribel ou encore à La Plagne. A Val Thorens, ces images postées sur les réseaux Instagram et Twitter vont même contribuer aux webcams de la station, qui passent ainsi en mode collaboratif. Et lorsque les spots sont dépourvus d’accès au wifi collectif, les wifi de poche 3G et même 4G rappliquent, à l’instar des Gets.

 

Applis, oh oui !

Elles se téléchargent par milliers chaque jour, et se renouvellent à la vitesse de la lumière : les applis, l’outil numérique qu’on sait capable de tout. Dans les montagnes, les applis font le travail d’une armée de pisteurs :  alerte en cas de chutes de neige imminentes – les powder alert de Val Thorens – géolocalisation du skieur et de ses amis (ou ennemis) – stations N’PY -, propositions d’itinéraires et d’activités selon le profil du skieur et conditions de glisse, pour Paradiski Yuge (La Plagne/Les Arcs) et Val d’Isère.

 

Une filmographie complète

Fini la Go Pro frontale qui abîme gravement le crâne en cas de chute… De plus en plus de domaines skiables installent des dispositifs automatiques de prises de vues. A Saint-Gervais Mont-Blanc, une nouvelle zone vidéo prend en flagrant délit les riders qui entrent dans le périmètre de la zone. Une borne identifie la personne grâce à son forfait de ski mains libres et déclenchent les cinq caméras qui vont filmer son passage. La vidéo est à récupérer à l’arrivée directement sur son smartphone ou à télécharger en ligne. Idem sur le VidoparkGB du Grand-Bornand.

 

Information et Sécurité

Sur le site internet de Val Thorens, une chaine YouTube regroupe de nombreux reportages sur la valorisation 2.0 des pistes, comme la mise en place de capteurs et de nouveaux pylônes en hélicoptère : 2,5 millions de vues et près de 60 000 followers sur Twitter. De grands écrans situés aux abords des pistes ont la gentillesse d’indiquer aux skieurs les itinéraires les moins fréquentés pour éviter la cohue en descente mais surtout en remontées mécaniques. Idem pour La Plagne qui propose en plus aux skieurs de se localiser sur les pistes en temps réel grâce à la fonction GPS de l’appli. Le but est le même :  suivre l’affluence des remontées mécaniques et trouver les meilleurs itinéraires de pistes à emprunter. Serre Chevalier a également investi dans une web tv, Serre-Che TV en partenariat avec D!CI TV. Les vacanciers y découvrent la météo du jour ainsi que les bons plans et activités à leur disposition. Du divertissement oui mais la sécurité reste au centre des préoccupations. A Serre Che, des capteurs sont ainsi placés sur toutes les pistes et remontées mécaniques. En cas d’activités suspectes d’un skieur ou d’un dysfonctionnement du système, les pisteurs sont avertis en temps réel et dans chacun des points de contrôles, un tableau de bord géant permet d’ouvrir ou de fermer les pistes aux skieurs.

 

Ça donne envie ? Alors chaussez vos skis, mais n’oubliez pas la bonne petite préparation physique 15 jours avant de partir, surtout si vous avez perdu l’habitude du planté de bâton. Ce serait dommage de passer à côté de cet univers connecté pour causes de courbatures persistantes ou même de jambe dans le plâtre…

 

Extrait d’un article de france-montagnes.com

0 J'aime
0 Je n'aime pas